COVID

Armement et défense, traditions du Cher

L'école du matériel de Bourges forme les mécaniciens de toutes les armées © MI/SG/Dicom/E.Delelis
15 janvier 2016

Piliers historiques du Cher, l’armée et les industries d’armement sont encore aujourd’hui des acteurs essentiels dans l’économie du département.


Les écoles militaires 

Plus de 3 900 personnes - 2 700 militaires et 1 200 civils - officient au sein des unités militaires installées dans le département : 1 670 aux écoles militaires de Bourges (EMB) et plus de 2 230 à la base de défense Bourges-Avord. À ces effectifs, il convient d’ajouter les 20 000 stagiaires formés chaque année par les deux écoles, celle du matériel et celle du train et de la logistique opérationnelle. 

« La présence permanente de près de 4000 personnes et de leur famille, dans une ville comme Bourges, a forcément un impact économique considérable mais l’importance de la Défense ne saurait se résumer à celle de ses effectifs, précise le général Bernard Bonnet, commandant des écoles militaires de Bourges. L’armée et Bourges, c’est avant tout une longue histoire commune ». L’école du matériel, installée depuis plus de 70 ans, a formé plus de 200 000 spécialistes de la maintenance, militaires et civils pour l’Armée de terre et d’autres armes. 

« De nombreux militaires étrangers ont également été formés dans nos murs », précise le général Bonnet. Une présence renforcée en 2009 par l’installation des écoles de la logistique et du train. Ce regroupement qui a donné naissance aux écoles militaires de Bourges a permis la naissance d’un véritable pôle de référence de la logistique de l’armée de terre. « 25 % des actions de formation des organismes de formation de l’armée de terre sont dispensés ici .» 

Mais l’armée, comme tient à le souligner le général Bonnet, c’est également un lien permanent avec la société civile. « Outre les rapports traditionnels que nous  avons avec les partenaires institutionnels comme les collectivités et les administrations, nous développons un certain nombre d’actions en direction de la population. On peut notamment citer le carrefour des métiers de la défense ou l’accueil des cadets de la défense .»  

La base d’Avord 

En 1912, une école militaire d’aviation est implantée sur le camp d’Avord. Pendant la Grande guerre, le centre de formation au pilotage deviendra même la plus importante école d’aviation du monde. En 1975, Avord devient la base aérienne 702 de Bourges-Avord par décision du chef d’état-major de l’armée de l’air. Dans le cadre des réformes de la défense engagées en 2008, la base aérienne 702 est retenue comme base de défense. Implantée sur trois communes à l’Est de Bourges, son emprise s’étend sur plus de 1 100 hectares. « Premier employeur du Cher, la base est également l’une des toutes premières entreprises du département par les flux financiers qu’elle induit, souligne-t-on à la base. Sa position privilégiée au centre de la France en fait une des bases majeures du dispositif de l’armée de l’air et une plate-forme essentielle pour le pays .» 

Les industries de l’armement 

La forte présence d’une industrie de l’armement en région Centre-Val de Loire, notamment dans le Cher, résulte d’une décision stratégique remontant au Second Empire. Afin de protéger les arsenaux, décision fut prise de les éloigner des frontières septentrionales et orientales du pays, et de les installer dans des contrées permettant d’approvisionner facilement les armées. Le Cher présentait ces deux avantages.  

Aujourd’hui, deux entreprises du secteur perpétuent cette tradition dans le département : MBDA, groupe européen de fabriquant de missiles (Exocet, Milan...) et Nexter, spécialisé dans l‘armement terrestre. Employeurs majeurs du territoire, ils permettent également au département de disposer d’un important tissu de PME sous-traitantes. 

Si les restructurations du secteur de l’armement dans les années 90 ont fait passer quelques frissons dans le dos des Berruyers (habitants de Bourges), le secteur demeure encore aujourd’hui un pilier industriel solide.  

« MBDA Bourges emploie plus de 1 400 personnes dans le département, souligne son directeur, ils occupent majoritairement des emplois techniques, puisque 50 % de nos collaborateurs sont des ouvriers et techniciens et 30 % des ingénieurs et cadres .» Et si à Bourges, comme ailleurs, les effectifs de l’industrie de l’armement avaient tendance à diminuer depuis une bonne vingtaine d’années, la situation va changer au cours des prochains mois. « 550 embauches sont prévues par

Usine MBDA vue du ciel © MI/SG/Dicom/A.Lejeune

MBDA en France d’ici à la fin 2016, dont 120 à 180 pour la région Centre. Il nous faut en effet compenser les départs en retraite et faire face à une hausse de notre activité. C’est une excellente nouvelle pour MBDA et la filière, mais également pour la région, le département et la ville de Bourges .»  

Il reste qu’un tel projet se prépare, d’autant plus que les profils recherchés ne sont pas faciles à dénicher. « Nous allons notamment recruter des usineurs, des monteurs et des ajusteurs, autant de métiers sous tension à cause du désintérêt des jeunes pour ces filières aujourd’hui .» La solution pour l’entreprise passe par la mise en place de programmes de formations internes qui lui permettront de former elle-même les nouvelles recrues aux métiers du montage et de l’ajustage. « Nous prévoyons en effet d’embaucher 40 % de débutants .» Dans le but de relancer des filières de formation à même de répondre à ses besoins futurs, MBDA est également en train de mettre en place « des partenariats avec les écoles et les lycées professionnels pour développer l’apprentissage, les stages et contrats de professionnalisation ». 

Frank Canton