COVID

Stabilité du nombre de vols de véhicules, après deux ans de baisse - Interstats Analyse N° 10 - Janvier 2016

28 janvier 2016

La police et la gendarmerie ont enregistré en 2015 le vol de 110 000 voitures et de 60 000 deux-roues motorisées. Ces chiffres se stabilisent après deux ans de baisse. Les vols sont plus concentrés dans la région Île-de-France, le long du Rhône et le pourtour méditerranéen, et se produisent le plus souvent dans les communes les plus densément peuplées.

En 2015, stabilité des vols de véhicules, après deux années de baisse en 2014 et 2013

En 2015, le nombre de vols de véhicules enregistrés par les forces de sécurité en France métropolitaine s’élève à 168 630 au lieu de 168 552 en 2014 soit une quasi stabilité. Cette stabilisation met fin à deux années consécutives de baisse observée en 2014 (-2,8%) et en 2013 (-2,8%).

figure 1

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. France métropolitaine.

Après avoir diminué entre mars 2014 et février 2015, le niveau enregistré des vols de véhicules est sur une tendance légèrement haussière depuis mars 2015, malgré le creux de novembre 2015.

figure 2

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. France métropolitaine.

Représentant près des deux tiers des vols de véhicules, les vols d’automobiles sont en hausse en 2015 (+2,3%) alors qu’ils avaient baissé en 2014 (-3,2%). En revanche, les vols de véhicules motorisées à deux roues (un peu plus d’un tiers des vols de véhicules) poursuivent leur baisse en 2015 (-3,9%) à un rythme plus rapide qu’en 2014 (-2,3%) mais moindre qu’en 2013 (-8,3%). Enfin 287 vols de véhicules de transport avec fret ont été enregistrés en 2015, soit 110 de moins qu’en 2014.

figure 3
figure 4

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. France métropolitaine.

Les vols de véhicules enregistrés sont plus fréquents en Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Île-de-France

En 2015, les forces de police et de gendarmerie ont enregistré 168 630 vols de véhicules, soit un ratio de 2,6 vols de véhicules pour 1 000 habitants. Ce chiffre présente des disparités régionales, avec deux régions qui se détachent : Provence-Alpes-Côte d’Azur (4,5) et Île-de-France (4,1). Le Nord-Pas-de-Calais-Picardie (2,9) est également au-dessus de la moyenne nationale. Les régions les moins atteintes sont la Bourgogne-Franche-Comté (1,7), l’Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine (1,5) et la Bretagne (1,2). Ces résultats sont cohérents avec ceux des enquêtes de victimation auprès de la population qui mettent en avant que les ménages résidant en région parisienne et en Méditerranée sont davantage victimes de vols de véhicules (cf. Interstats Info rapide N° 2 ).

figure 5

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. Insee - Données locales. France métropolitaine.
Note de lecture : en 2015, près de 4,5 faits de vols de véhicules pour 1 000 habitants ont eu lieu dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Les départements les plus touchés par les vols de véhicules sont les Bouches-du-Rhône (6,1 vols de véhicule pour 1 000 habitants), la Seine-Saint-Denis (4,8), le Val-d’Oise (4,6), l’Essonne, l’Oise et le Val-de-Marne (4,3) et Paris (4,1). Les départements les moins touchés sont la Lozère et le Cantal (0,6), le Bas-Rhin, la Haute-Loire et la Mayenne (0,9) puis la Manche et la Creuse (0,7).

Le vol de véhicule est un phénomène concentré dans les grandes villes. Il s’observe davantage dans l’agglomération parisienne et les grandes agglomérations de plus de 50 000 habitants où se sont produits en 2015 en moyenne respectivement 4,1 et 3,3 faits pour 1 000 habitants, contre 2,3 dans les unités urbaines intermédiaires, 1,8 dans les petites unités urbaines et 1,2 dans les communes rurales.

figure 6

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. Insee - Données locales. France métropolitaine.
Note de lecture : en 2015, près de 4,1 faits de vols de véhicules pour 1 000 habitants ont eu lieu dans l’agglomération parisienne et 3,3 dans les autres grandes agglomérations.

Plus encore que la taille de l’unité urbaine en termes de population, c’est la densité de population qui explique la fréquence de ce type de vols : 4,0 vols de véhicules sont constatés en moyenne pour 1 000 habitants dans les communes densément peuplées, 2,6 dans les communes de catégorie intermédiaire, 1,4 dans les communes peu denses et 0,9 dans les communes très peu denses.

figure 7

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. Insee - Données locales. France métropolitaine.
Note de lecture : en 2015, près de 4,0 faits de vols de véhicules pour 1 000 habitants ont eu lieu dans les communes densément peuplées.

Les vols de véhicules ont lieu autant dans les villes-centres des agglomérations que dans les banlieues (respectivement 3,3 et 3,2 faits en moyenne pour 1 000 habitants). Les communes rurales et les villes isolées sont moins concernées (respectivement 1,9 et 1,2 faits pour 1 000 habitants).

figure 8

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. Insee - Données locales. France métropolitaine.
Note de lecture : en 2015, près de 3,3 faits de vols de véhicules pour 1 000 habitants ont eu lieu dans les villes-centres.

Cette hiérarchie des résultats par type d’unité urbaine est conservée lorsqu’il est tenu compte de l’équipement des ménages et des entreprises en véhicules. Les enquêtes logement de l’Insee nous apprennent que la part des ménages possédant au moins une voiture dans la population est similaire entre les catégories de taille des unités urbaines, à l’exception de l’agglomération parisienne où elle est plus basse (27% contre 36% à 38% pour les autres catégories). Au contraire, la proportion de véhicules d’entreprise est plus importante dans les zones plus urbaines, à proximité des commerces et des infrastructures.

La carte de France métropolitaine ci-dessous est le résultat d’un lissage spatial des densités des communes pour le ratio des vols de véhicules pour 1 000 habitants1. Elle confirme l’intensité des vols de véhicules dans la région parisienne et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Elle montre en outre que le ratio élevé de vols de véhicules dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie est en réalité largement imputable à l’influence de la région parisienne. Les autres zones très concernées par ces infractions sont la vallée du Rhône et quelques zones d’affluence saisonnière.

1 Le lissage consiste à s’affranchir des limites communales, en répartissant l’information des communes dans des cercles centrés sur leur chef-lieu et de rayon fixe choisi par le cartographe (ici 15 km, un rayon standard). Le cartographe choisit le rayon en fonction de la précision qu’il souhaite afficher sur sa carte. Plus le rayon est important plus la carte sera lissée et fera apparaître les effets structurels géographiques ; au contraire un faible rayon de lissage conservera les rugosités et davantage de bruit aléatoire.

Vols AUTO pop CHX

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. Insee - Données locales.

Les enquêtes auprès des victimes indiquent une tendance à la baisse du vol de véhicules

L’enquête « Cadre de Vie et Sécurité » (CVS) est une enquête auprès de l’ensemble de la population réalisée chaque année depuis 2007 par l’Insee et portant sur les atteintes aux possessions des ménages et les violences subies par les individus (cf. Interstats Méthode N° 1 ).

Cette enquête rend compte sur les cinq dernières années d’un nombre de victimes de vols ou tentatives de vols de véhicules qui s’élève en moyenne au double de celui enregistré par les forces de sécurité.

Cet écart s’explique par le fait qu’un peu plus de la moitié seulement des victimes porte plainte (de façon stable sur les différentes années d’enquête). Ce taux relativement bas est lié au fait que les tentatives de vols donnent moins souvent lieu à une démarche auprès des forces de sécurité : en cas de vol au sens strict (hors tentative), neuf ménages sur dix portent plainte (cf. Interstats Info rapide N° 2 ).

Depuis 2007, l’enquête CVS fait apparaître une tendance à la baisse du nombre de vol de véhicules. Même si les chiffres ne sont pas exactement les mêmes année après année, cette tendance est conforme à celle issue des données enregistrées par les forces de sécurité jusqu’à 2014.

Références