COVID

Nette baisse du nombre de vols avec armes enregistrés, en 2015 comme en 2014 - Interstats Analyse N° 5 - Janvier 2016

28 janvier 2016

En 2015, les forces de sécurité ont enregistré un peu moins de 10 000 vols avec arme. Le nombre d’infractions s’inscrit en nette baisse pour la deuxième année consécutive. Les vols avec armes touchent essentiellement les grandes agglomérations, et sont plus fréquents en région Île-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Les enquêtes de victimation réalisées auprès de l’ensemble de la population mettent en lumière une tendance à la baisse de ces atteintes envers les individus durant les dix dernières années.

En 2015, une nouvelle baisse des vols avec arme

Les vols avec arme sont constitués pour 56% de vols avec armes blanches ou armes par destination (cf. glossaire ) exercés contre des établissements financiers, commerciaux, industriels (6%), des particuliers à leur domicile (5%) ou d’autres victimes (44%). Les 44% restants de ces vols sont constitués des vols avec arme à feu, contre des banques et entreprises de transport de fonds (2%) des commerces et établissements industriels (21%), des particuliers (8%) ou autres victimes (13%).

En 2015 le nombre de vols avec armes enregistrés par les forces de sécurité s’élève à 9 956 contre 11 540 en 2014 soit une baisse de 13,7%. Cette diminution prolonge celle déjà observée en 2014 (-17,5%). En 2013, le nombre de vols avec armes avait progressé de 2,6%.

figure 1

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. France métropolitaine.

La forte baisse des vols avec armes observée en 2015 par rapport à 2014 résulte de trois mouvements successifs que l’on peut observer sur la courbe des données mensuelles cvs-cjo1 en rouge sur le graphique : une baisse régulière tout au long de l’année 2014 et du début de 2015 avec un point bas atteint en février 2015, une remontée assez nette jusqu’en aout 2015 au niveau du début de l’année 2014 et enfin depuis septembre 2015 une baisse à nouveau prononcée.

1 Voir l’ Interstats Méthode N° 5 pour la définition de cvs-cjo.

figure 2

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. France métropolitaine.

Les vols avec arme enregistrés sont concentrés en Île-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur

Les vols avec arme sont inégalement répartis entre les régions ; l’Île-de-France, région la plus peuplée, concentre 38% des infractions, loin devant la Provence-Alpes-Côte d’Azur qui vient en second (13%).

Relativement à la population, le nombre de vols avec armes est le plus important en Île-de-France, avec 0,33 fait constaté en moyenne pour 1 000 habitants, soit le double de la moyenne nationale. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur est également fortement touchée par ces infractions (0,28 fait pour 1 000 habitants), devant la région Nord-Pas-de-Calais et Picardie (0,16 fait pour 1 000 habitants), Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées (0,15 fait pour 1 000 habitants) ainsi qu’Auvergne et Rhône-Alpes (0,13 fait pour 1 000 habitants). Dans les autres régions, le ratio varie entre 0,10 et 0,06 fait constaté pour 1 000 habitants.

figure 3

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. Insee - Données locales.

L’analyse par département confirme la large domination des vols avec armes en région parisienne : 6 des 8 départements d’Île-de-France (tous sauf les Yvelines et les Hauts-de-Seine) font partie des départements français présentant les ratios de vols avec armes pour 1 000 habitants les plus élevés, supérieurs à 0,25. Les 3 départements français les plus touchés sont la Seine-Saint-Denis (0,53 fait pour 1 000 habitants), les Bouches-du-Rhône (0,47 fait pour 1 000 habitants) et Paris (0,45 fait pour 1 000 habitants). Un petit groupe se tient ensuite avec entre 0,19 et 0,25 fait recensé pour 1 000 habitants ; ces départements contiennent souvent une grande agglomération. Ce sont la Haute-Garonne, le Rhône, le Nord, les Hauts-de-Seine, l’Hérault, le Vaucluse, le Gard et l’Isère. Le ratio est cependant inférieur à 0,10 dans la plupart des départements.

Le taux de vols avec armes constatés en 2015 est en outre proportionnel à la taille des agglomérations : il s’étend de 0,35 fait constaté pour 1 000 habitants en agglomération parisienne à 0,03 fait constaté pour 1 000 habitants en communes rurales. Il est de 0,22 pour les autres grandes agglomérations, de 0,09 pour les unités urbaines intermédiaires et 0,05 pour les petites unités urbaines.

figure 4

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. Insee - Données locales.
Note de lecture : en 2015, l’agglomération parisienne compte 0,35 fait de vols avec armes pour 1 000 habitants enregistré par les forces de sécurité, les autres grandes agglomérations 0,22.

Les vols avec armes sont également liés à la densité de population : il y a plus de faits constatés pour 1 000 habitants dans les zones densément peuplées. Ainsi le ratio de faits constatés est de 0,32 pour 1 000 habitants dans les communes les plus densément peuplées, de 0,12 pour les communes intermédiaires et 0,02 pour les communes peu et très peu densément peuplées.

Enfin, les vols avec armes ont davantage lieu dans les villes centres des agglomérations et dans les banlieues (respectivement 0,24 fait pour 1 000 habitants et 0,20 fait pour 1 000 habitants). Les villes isolées et les communes rurales sont moins touchées (respectivement 0,07 fait pour 1 000 habitants et 0,03 fait pour 1 000 habitants).

La carte de France métropolitaine ci-dessous résume les remarques précédentes. Elle résulte d’un lissage spatial des densités des communes pour le ratio des vols avec armes pour 1 000 habitants2. Les zones les plus touchées sont les grandes villes, puis les grandes agglomérations et quelques villes-centres. Viennent ensuite les villes de moyenne importance et les banlieues des villes-centre qui ressortent au milieu d’aires rurales relativement épargnées.

2 Le lissage consiste à s’affranchir des limites communales, en répartissant l’information des communes dans des cercles centrés sur leur chef-lieu et de rayon fixe choisi par le cartographe (ici 15 km, un rayon standard). Le cartographe choisit le rayon en fonction de la précision qu’il souhaite afficher sur sa carte. Plus le rayon est important plus la carte sera lissée et fera apparaître les effets structurels géographiques ; au contraire un faible rayon de lissage conservera les rugosités et davantage de bruit aléatoire.

VAMA CHX

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. Insee - Données locales.

Les enquêtes auprès des victimes confirment la tendance à la baisse des vols avec armes

L’enquête « Cadre de Vie et Sécurité » (CVS) est une enquête auprès de l’ensemble de la population réalisée chaque année depuis 2007 par l’Insee et portant sur les atteintes aux possessions des ménages et les violences subies par les individus (cf. Interstats Méthode N° 1 ).

Les personnes qui se déclarent à l’enquête victimes de vols avec menaces ou violences avec arme ou de tentatives sont plus nombreuses que celles qui se déplacent auprès de la police ou de la gendarmerie, pour déposer plainte ou faire un simple signalement sur un registre de main courante. Environ la moitié des victimes renoncent en effet à se déplacer en commissariat ou brigade de gendarmerie pour ces atteintes. Toutefois, le taux de plainte augmente avec la gravité ressentie de l’atteinte subie (cf. Interstats Info rapide N° 4 ).

Le nombre d’infractions de vols violents avec arme enregistrées par les forces de sécurité est en moyenne chaque année cohérent avec le nombre de plaintes et mains courantes déclarées avoir été déposées par les victimes interrogées lors des enquêtes. En revanche, d’une année sur l’autre, les évolutions ne sont pas toujours similaires : la série des faits enregistrés par les forces de sécurité est plus régulière et plus stable que celle des résultats de l’enquête. Ceci est lié à la précision du sondage, qui ne peut être fine sur les types d’atteintes visant peu d’individus en proportion de l’ensemble de la population.

Depuis 2007, l’enquête CVS fait apparaître une tendance à la baisse du nombre de vols avec arme qui confirme celle issue des données enregistrées par les forces de sécurité.

Références