COVID

Prise de fonctions de Bernard Boucault, préfet de police de Paris

© Mi/Sg/Dicom/J.Groisard
28 juin 2012

Mardi 26 juin 2012, Manuel Valls, ministre de l'intérieur, a assisté à la prise de fonctions de Bernard Boucault, nouveau préfet de police.


Une maison chargée d'une longue histoire, intimement mêlée à celle de Paris et à celle de l'Etat

Manuel Valls a tout d'abord dit quelques mots sur la Préfecture de police, "institution unique, atypique" englobant une ville-capitale, une agglomération composée de quatre départements et une région, l'Ile-de-France, qui compte plus de 12 millions d'habitants.
Plus généralement, il a affirmé sa volonté de rendre toute sa place à l'institution préfectorale, "cette colonne vertébrale de notre République".
Revenant sur le parcours de Bernard Boucault, le ministre a souligné sa connaissance de l'institution préfectorale liée à ses précédentes fonctions de préfet de département, notamment en Haute-Corse et en Seine-Saint-Denis, et de préfet région à Toulouse et à Nantes. Il a également rappelé ses cinq années passées à la direction de l'Ecole nationale d'administration, témoignant de ses "capacités à enrichir les institutions" qui lui ont été confiées.
Après avoir adressé sa reconnaissance et sa confiance aux personnels de la Préfecture de police – policiers, fonctionnaires de l'Etat, personnels relevant des administrations parisiennes, militaires de la brigade des sapeurs-pompiers, – dont il a souligné "le haut degré de professionnalisme", le ministre de l'intérieur a ensuite donné sa feuille de route au nouveau préfet de police.

Veiller à la sécurité des personnes et des biens

Le premier axe de son action reposera sur la lutte contre trois formes de délinquance :

  • Renforcement de la lutte contre les trafics de stupéfiants, avec une redynamisation du plan de lutte contre les drogues et une attention particulière sur la lutte contre les trafics de quartier ;
  • Intensification de la lutte contre les violences faites aux personnes, sur la voie publique et dans le cadre domestique ;
  • Poursuite de la lutte contre les cambriolages.

Afin de mener à bien cette action, Manuel Valls a indiqué au préfet de police la future mise en place des zones de sécurité prioritaires, "territoires bien ciblés au sein desquels une stratégie globale de lutte contre la criminalité sera mise en oeuvre". Ces zones viseront à fédérer et coordonner tous les moyens des services de police, à impliquer l'autorité judiciaire et à associer des partenaires dans un cadre opérationnel renforcé.
Le préfet de police aura également en charge la protection des réseaux et infrastructures vitales d'Ile-de-France, le secours aux personnes et la gestion du risque urbain.

Adapter en permanence ses structures et ses modes de fonctionnement

Evoquant l'exemple de la création de la police d'agglomération, comme symbole de ces adaptations nécessaires, Manuel Valls a fait état de nouvelles voies d'amélioration pour cette réforme.
Il a notamment demandé au nouveau préfet de police la réalisation, en lien avec ses collègues de la petite couronne, d'un audit du fonctionnement actuel de la police d'agglomération.

Il a particulièrement insisté sur les points suivants :

  • Veiller à la cohérence du dispositif destiné à renforcer la présence des policiers sur le terrain ;
  •  Réfléchir à une stratégie de développement de la vidéoprotection à de nouveaux secteurs de l'agglomération, en complémentarité avec le Plan parisien et en relation avec le Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD) ;
  •  Entamer une réflexion au-delà des frontières de la petite couronne, notamment sur la question de la sécurité dans les transports en commun ;
  •  Avoir une organisation spécifique dans le domaine du renseignement, en veillant notamment à la continuité des missions du renseignement intérieur, à la fluidité dans l'échange de l'information opérationnelle et au resserrement des liens avec les services territoriaux d'information générale.

Manuel Valls a insisté sur le maintien et l'amélioration de la qualité de la relation au public, notamment par le biais des technologies de la communication.

Veiller à l'efficacité des services

Avec plus de deux millions d'usagers annuels, la prise en compte du public et des usagers par la Préfecture de police apparaît comme une exigence permanente.
Aussi, le nouveau préfet devra veiller à poursuivre les progrès qui ont été réalisés en termes d'accueil et d'information du public, aussi bien dans les services administratifs que dans les commissariats.