COVID

Le général Isabelle Guion de Méritens ouvre la voie

Le général Isabelle Guion de Méritens © Patrice Donot

Première Saint-Cyrienne à intégrer l’École des officiers de la Gendarmerie nationale, première femme à accéder au grade de colonel, elle est aussi la première promue au grade de général de gendarmerie. Le général Guion de Méritens est aujourd’hui à la tête de la gendarmerie maritime.


À tout juste 50 ans, Isabelle Guion de Méritens est devenue, le 1er juillet dernier, la première femme à accéder au grade de général de la Gendarmerie nationale. Une nomination décidée en Conseil des ministres le 27 mars 2013. Pour quelqu’un habitué à raisonner « non en tant que femme mais en tant que chef militaire », cette nomination n’est pas un événement historique, « mais une évolution dans la continuité de toutes celles qui [m]’ont précédée pour intégrer les femmes au sein des institutions militaires. Pour autant, c’est une très grande joie pour moi et une réelle fierté d’accéder à ce grade. C’est la reconnaissance de mon parcours de carrière, du chef militaire que je suis et j’en suis très fière, tout comme mon mari, à qui je dois beaucoup dans ma réussite professionnelle, et mes deux enfants ».

Dans sa vie professionnelle, le général Guion de Méritens a connu maintes « premières fois » : première femme brevetée en préparation militaire parachutiste en 1984 ; première femme à intégrer l’École des officiers de la Gendarmerie nationale (EOGN) en 1987 ; la première aussi à accéder au grade de colonel en 2006, puis à commander l’année suivante un groupement de gendarmerie départementale, en l’occurrence celui des Yvelines, avant de prendre la tête de la gendarmerie maritime en 2012. Loin d’être habituée ou blasée, elle considère que « chacune de ces “premières fois”, pour des raisons différentes, [lui] a apporté sa part de surprise ». Elle garde cependant un souvenir ému de son premier saut en parachute à Pau, sa ville natale. « J’étais étudiante et je préparais le concours d’entrée à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr. J’avais alors écrit au ministre de la Défense de l’époque, Charles Hernu, pour lui demander d’ouvrir aux jeunes femmes les préparations militaires parachutistes. Il a répondu favorablement à ma demande et en 1984 j’ai été la première à suivre ce stage. Je garde un souvenir précis de ce premier saut. Malgré les années, l’émotion reste intacte, d’autant que mon père [ndlr : officier de l’armée de terre] avait fait en sorte de retrouver l’aptitude exigée pour sauter juste derrière moi. »

Tandis qu’elle prépare le CAPES et l’agrégation d’histoire, Isabelle Guion de Méritens voit grandir en elle l’envie d’exercer un métier d’action. Avec le concours d’entrée de Saint-Cyr, elle se dirige alors vers une carrière militaire. Le souhait de rejoindre la gendarmerie lui vient plus tard, au cours de sa scolarité. « J’avais déjà choisi d’avoir des responsabilités, de commander des hommes, de servir mon pays. J’ai été attirée par la gendarmerie, pour son contact direct avec la population, son service quotidien en réponse aux événements, et donc à la fois son caractère très opérationnel, engagé dans l’action, et la possibilité de rendre service tous les jours. »

Quand on lui demande si elle a rencontré des difficultés au cours de sa carrière, elle reconnaît que, « dans les armées ou ailleurs, les femmes doivent prouver plus de choses que les hommes et elles connaissent toutes à un moment ou à un autre des difficultés ou sont confrontées à des obstacles plus ou moins difficiles à surmonter ». Pour autant, elle dresse un bilan très positif : « J’ai été, je crois, considérée comme un officier à part entière et l’on m’a confié des postes de commandement à chaque étape de ma carrière. J’ai également connu des moments plus difficiles, comme à Saint-Cyr, où les filles faisaient l’objet d’un rejet collectif. En gendarmerie aussi j’ai parfois été confrontée à une certaine hostilité de la part de chefs ou de subordonnés, mais j’ai toujours trouvé des solutions. »

Très sensible à la situation des jeunes hommes et femmes qui choisissent d’entrer en gendarmerie, le général Isabelle Guion de Méritens partage aujourd’hui, avec d’autres femmes officiers, son expérience à l’EOGN, afin que les plus jeunes puissent mieux se projeter. « Je travaille également avec la direction de la gendarmerie sur la place des femmes et leur intégration. Ma nomination peut représenter un symbole fort pour toutes les femmes qui s’engagent : c’est le signe, pour elles, qu’une carrière est possible, que leur mérite sera reconnu ! C’est un gage d’avenir que je suis fière de porter. »

Mariée à un colonel de gendarmerie et mère de deux enfants, Isabelle Guion de Méritens confie que sa plus grande satisfaction réside dans le fait « d’avoir trouvé un équilibre familial avec [son] époux » : « Nous partageons les mêmes préoccupations familiales et professionnelles. Nous avons donc fait le choix d’alterner les responsabilités, de concilier nos affectations successives avec l’aide de notre gestionnaire, ce qui nous a permis d’avoir un parcours professionnel diversifié et d’élever nos deux enfants. De plus, son soutien m’a systématiquement aidé à surmonter les éventuelles difficultés. Il est toujours compliqué de concilier une carrière professionnelle très active, exigeant beaucoup de disponibilité ou de mobilité, quel que soit le métier, avec une vie familiale totalement épanouie. La préservation du travail du conjoint est notamment une préoccupation partagée par de nombreux couples. Mais la conciliation de ces deux aspirations légitimes me paraît tout à fait possible, moyennant, à mon sens, une bonne organisation familiale et professionnelle, un travail d’anticipation avec le gestionnaire sur les possibilités d’évolution de parcours, et des concessions parfois nécessaires entre le “souhaité”, le “possible” et le “raisonnable”. »

Tout au long de sa carrière, le général a souvent été, du moins pendant quelques mois ou années suivant les cas, la seule femme officier à être nommée au grade le plus élevé du moment ou à occuper certaines fonctions. Elle ne s’est toutefois jamais sentie particulièrement seule : « D’abord parce que, encore une fois, je raisonne non en tant que femme mais en tant que chef militaire, et parce qu’à chaque étape j’ai eu à mes côtés mon mari et beaucoup de camarades et d’amis du même grade avec lesquels les échanges et les partages d’expérience étaient nombreux. »

Quand on lui demande quel bilan elle peut d’ores et déjà dresser, le général Isabelle Guion de Méritens estime avoir eu « la chance et le privilège d’exercer un métier formidable et d’avoir une carrière particulièrement riche et diversifiée » : « Si je me retourne sur les années passées, je n’y vois que les bons moments : des expériences exaltantes, des commandements passionnants et aussi et surtout une vie de famille épanouie. Je mesure aussi toutes les opportunités qui m’ont été offertes et j’en suis à la fois consciente et reconnaissante. Je profite surtout du présent avec le même plaisir et la même envie. » Aujourd’hui à la tête de la gendarmerie maritime, elle endosse la responsabilité opérationnelle, humaine et logistique de 1 100 gendarmes navigants ou affectés à terre, en métropole et outre-mer. Et de conclure : « Là encore, j’exerce un commandement dans un milieu spécifique, passionnant, et je contribue avec l’état-major de la Marine et mes équipes à faire évoluer notre institution. »