COVID

Un "passeport vert" pour un tourisme durable

Passeport vert pour tourisme durable

Sensibiliser les touristes à la préservation de la biodiversité en outre-mer et valoriser cette biodiversité comme atout du développement touristique des territoires ultramarins, tels sont les objectifs du "passeport vert" piloté par le ministère de l'Outre-mer.


La France a souhaité décliner, pour la biodiversité outremer, la démarche du "passeport vert" (ou Green Passport) lancée par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) et destinée à favoriser le développement du tourisme durable.

Ce projet, qui implique aussi les ministères chargés du Tourisme et de l'Écologie, est piloté par le service des politiques publiques du ministère en charge de l'Outre-mer, et a été inscrit dans les "Engagements de l'État" lors de l'adoption de la nouvelle Stratégie nationale biodiversité 2011-2020. Il a été annoncé par la ministre en charge de l'Outre-mer, Marie-Luce Penchard, lors de la conférence dédiée aux récifs coralliens, le 7 février dernier, à l'Aquarium tropical, Porte dorée, à Paris.

L'objectif du passeport vert biodiversité en outre-mer est double : sensibiliser les touristes à la protection de la biodiversité et valoriser cette biodiversité comme atout du développement touristique des territoires d'outre-mer.

Ce passeport, qui comprend une partie générale sur les enjeux et les richesses de la biodiversité ultramarine et une partie présentant la biodiversité spécifique et les sites naturels à découvrir dans chacun des territoires, met donc en valeur l'ensemble des douze départements et collectivités d'outre-mer. Il offre une vision globale de la diversité et de la richesse des atouts naturels des outre-mer français. En outre, il est labellisé "Année 2011 des outre-mer".

Pour la délégation générale à l'outremer (DéGéOM), la conception de ce document a nécessité un investissement important, en lien avec les ministères en charge de l'Écologie et du Tourisme, et avec les services et partenaires locaux fortement impliqués (DEAL, préfectures et hauts-commissariats, comités régionaux du tourisme, antennes locales des établissements  publics compétents, collectivités, etc.).

300 000 passeports seront diffusés à partir de novembre, dans les douze territoires d'outre-mer, dont 200 000 en français et 100 000 en anglais afin de sensibiliser également les touristes étrangers. Les comités régionaux du tourisme seront les vecteurs essentiels de la diffusion, puisqu'ils remettront le document à l'arrivée des voyageurs dans les aéroports. Par ailleurs, des stocks seront également disponibles sur les principaux sites touristiques.