COVID

La sécurité dans les transports en commun - En régions, l'exemple de Lille

La sécurité dans les transports en commun : en régions

Depuis plusieurs années, des services de sécurisation ont été mis en place par la direction centrale de la sécurité publique pour surveiller le réseau de transport dans plusieurs grandes villes et départements.
Parmi eux, le service interdépartemental de Lille.


La mission de sécurisation des transports en commun, qui touche tous les types de transports urbains (métropolitain, bus, tramway, TER et RER), est dévolue à l'ensemble des services de la sécurité publique, au gré de leurs missions quotidiennes.
Néanmoins, des services spécialisés ont été créés à cet effet. Ainsi, au printemps 2005, trois services interdépartementaux de sécurisation des transports en commun (SISTC) ont été installés dans les régions Nord-Pas-de-Calais, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur, respectivement implantés à Lille, Lyon et Marseille.
Outre une mission de sécurisation du réseau urbain (métro, tramway, bus) s'étendant sur leur zone de compétence géographique, ils ont également vocation à lutter contre la délinquance située sur l'ensemble du réseau ferré des TER, trains et gares compris. 317 policiers sont engagés dans ces services.
D'autre part, des unités de sécurisation ont été constituées pour assurer une surveillance dédiée à l'ensemble des réseaux urbains opérant dans leur secteur d'implantation (bus, tramway, métro). L'effectif global de ces unités implantées à Strasbourg, Montpellier, Saint-Étienne, Nantes, Rennes, Bordeaux et Toulouse s'élève à 128 fonctionnaires.
Les missions de sécurisation dans les transports en commun des services dédiés s'exercent, de manière  générale, en partenariat étroit avec les services de sécurité de la SNCF (SUGE), de la RATP (GPSR) mais également des sociétés privées en charge de la gestion du transport public (VEOLIA, KEOLIS…) implantées en Province.

Ces services apportent leur expertise auprès des préfets départementaux et zonaux lors de la rédaction de diagnostics de sécurité des réseaux ferrés et de surface demandés annuellement par le ministre de l'Intérieur.
Près de 153 millions de voyageurs empruntent chaque année le réseau urbain (bus, métro et tramway) de l'agglomération de Lille et du TER Nord-Pas-de-Calais ! 120 policiers dédiés, en grande majorité en uniforme, sont chargés d'assurer leur sécurité. "Le service est organisé de manière à ce qu'un maximum de patrouilles (2 à 3 patrouilleurs en fonction de la sensibilité des secteurs) soient déployées entre 16 et 22 heures, heures à laquelle on observe un pic de la délinquance (violences, vols, stupéfiants…)", explique le chef du service, François Debrouwère.
Ces policiers interviennent systématiquement lorsqu'un agent des services de transport public est en difficulté, dans le cadre d'une procédure de vérification d'identité pour un voyageur sans titre de transport et en renfort lors de grands événements qui génèrent systématiquement des mouvements de foule (déplacement de supporters, festivals…).
Spécificité du service de Lille, l'utilisation d'un PC commun avec la société Transpole, qui dispose d'environ 3 200 caméras sur tout le réseau de la communauté urbaine de Lille. 230 faits ont d'ailleurs été élucidés en 2010 par le SISTC grâce à la vidéoprotection. Ces policiers deviennent ainsi, de plus en plus, de vrais physionomistes !