COVID

Un sapeur-pompier au plus près des problématiques locales

Un sapeur-pompier au plus près des problématiques locales
17 septembre 2020

Les sapeurs-pompiers des services d’incendie et de secours sont mobilisés pour assurer la sécurité du public assistant au Tour de France, mais aussi celle des coureurs et des participants de la caravane publicitaire. Chaque étape représente un rassemblement important, avec tout ce qu’il comporte de risques : mouvements de foule, chutes de cyclistes accidents sur la voie publique, ou phénomènes climatiques. Le représentant de la Sécurité civile au sein de l’organisation, le lieutenant-colonel Luc Malher, y joue un rôle prépondérant.


En ce mardi 15 septembre 2020, le peloton vient de franchir la ligne d’arrivée de la 16e étape du Tour de France 2020, reliant La Tour-du-Pin à Villard-de-Lans. A une dizaine de mètres de là, au sein du centre de coordination du Tour de France, le lieutenant-colonel Luc Malher, achève une conversation téléphonique avec son autorité de tutelle, la direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises (DGSCGC). Comme chaque jour, ce détaché du centre opérationnel de gestion interministérielle de crise (COGIC) de la DGSCGC vient de dresser à la centrale le compte-rendu de la journée. « Mon rôle est d’être à la fois un référent pour ASO s’agissant de toute question concernant le secours mais aussi une porte d’entrée pour le ministère de l’Intérieur au sein de l’organisation. Je fais donc l’intermédiaire et l’interaction entre la course et l’échelon central. »

securite-civile-pompier

Ce lien s’avère indispensable dans chaque département traversé, Luc Malher s’appuyant sur un officier local du SDIS concerné pour s’adapter au plus près à la réalité du territoire : « J’obtiens ainsi une vue d’ensemble de l’activité opérationnelle des sapeurs-pompiers du département. C’est primordial car cette activité ne concerne peut-être pas directement la course en elle-même, mais peut avoir de réelles influences sur celle-ci, notamment avec la problématique des feux de forêts, extrêmement présente dans la zone Sud. Si l’on engage par exemple des moyens aériens pour combattre les incendies, j’aurais alors un rôle de coordination indispensable avec ASO et ses propres moyens aériens. Dans ce cas de figure, la priorité demeure évidemment aux secours, et il faudrait alors organiser la gestion de l’utilisation de l’espace aérien et avoir une vue d’ensemble sur ce qui se passe sur le territoire. »

securite-civile-cod

Depuis 2016, une convention signée avec ASO permet donc à un représentant de la DGSCGC de nouer et d’entretenir ce lien entre les services centraux, au premier rang desquels le COGIC, l’organisateur et les SDIS des départements traversés par la course. « Au département d’adapter son dispositif aux problématiques locales. Une analyse de risques fine est réalisée en amont sur l’intégralité du parcours permettant d’identifier les éventuels risques présents. Chaque directeur de SDIS dimensionne en fonction les secours, en lien avec son préfet de département. Au fond sonore habituel de l’activité opérationnelle du département, s’ajoute donc la problématique Tour de France. »

En cas d’incident survenant sur l’échelon course, tels un mouvement de foule, une chute de cyclistes, un accident sur la voie publique, ou un phénomène climatique local, Luc Malher devient alors le chef d’orchestre des moyens et des effectifs de sapeurs-pompiers sur le terrain pour une intervention la plus rapide et la plus efficace possible sur tout le secteur de la course.

Ce maillon central au sein du centre de coordination du Tour de France est à la croisée des chemins entre le centre interministériel de crise s’agissant de la problématique sanitaire, le COGIC du ministère de l’Intérieur et l’état-major de zone de défense s’agissant de demandes de renforts de moyens nationaux selon les effectifs présents lors de l’étape du jour, et aussi le centre opérationnel départemental (COD) mis en place dans chaque préfecture concernée par le Tour de France pour la vue d’ensemble de l’activité des secours dans le département.

securite-civile-vehicules

« C’est une réelle chance de pouvoir ainsi travailler avec les différents représentants des SDIS de notre territoire, avec des cultures et des problématiques différentes selon que l’on se trouve dans le Sud, l’Ouest ou ailleurs. Ce travail avec ASO et mes collègues sapeurs-pompiers se résume en une capacité d’adaptation permanente face à tout imprévu et une grande efficacité. Nous pouvons déployer une importante force de réaction dans des temps très courts. »

Au total, ce sont plus de 19 000 sapeurs-pompiers, femmes et hommes, volontaires, professionnels et militaires, qui sont mobilisés et déployés sur l’ensemble du parcours de ce Tour de France 2020.