COVID

Tempête Gloria dans les Pyrénées-Orientales : les services de l'État sur le qui-vive

Tempête Gloria dans les Pyrénées-Orientales : les services de l'État sur le qui-vive
21 janvier 2020

Le dispositif anticipé de secours et de sécurité se prépare à l’évolution de l’épisode méditerranéen qui touche le département des Pyrénées-Orientales.

Un vent de sud-est balaye le golfe du Lion, la pluie s’abat intensément, en mer la houle atteint déjà plus de trois mètres et des vagues de dix mètres sont attendues cette nuit à Argelès. Le département des Pyrénées-Orientales est touché depuis ce matin par un « épisode méditerranéen », un phénomène météorologique entraînant de forts vents et précipitations. Météo France prévoyait depuis quelques jours déjà l’arrivée de cette « tempête Gloria », et les services de l’État sont sur le pont.

Préfet Philippe Chopin avec les forces de secours

Sur le port de Saint Cyprien, les bénévoles de la société nationale des sauveteurs en mer sont en alerte, ainsi que la brigade nautique de la Gendarmerie nationale. L’accès au littoral et aux plages est bloqué, et les personnels de la Croix Blanche veillent à ce qu’aucun imprudent ne s’approche de la mer. En effet, le risque de submersion est déjà grand, et «  le phénomène va se renforcer dans la nuit », prévient Philippe Chopin, préfet des Pyrénées-Orientales. « Nous avons reçu la consigne de vérifier les amarrages des bateaux dans le port, témoigne Eric, habitant de Saint Cyprien.  On a rarement vu la Méditerranée dans un état pareil, c’est impressionnant. »

Les 300 sapeurs-pompiers du SDIS 66 sont aussi sur le qui-vive, renforcés par 100 collègues des départements voisins. « Nous avons formé une colonne « inondation », composée de spécialistes du secours en eaux vives, de véhicules terrestres type 4x4, d’embarcations nautiques et d’unité en hélicoptère », explique le contrôleur Général Salles-Mazou,  directeur départemental du SDIS 66. Ils sont pré-positionnés sur différents sites afin de réduire les délais d’intervention en fonction de l’évolution de la situation.

Intervention des sapeurs-pompiers

À Saint-Laurent-Cerdans, sous une pluie battante et dans la neige, les sapeurs-sauveteurs de la sécurité civile de Nogent-le-Rotrou, venus en renfort, tronçonnent un arbre tombé sur les lignes téléphoniques. « Nous procédons à du dégagement de route, du tronçonnage, et travaillons avec les services d’EDF, indique l’adjudant Harold, et nous faisons des reconnaissances dans des hameaux isolés dans la montagne ». Ils sont déjà intervenus sur plus de dix arbres et travailleront toute la nuit. Lionel les observe sous son parapluie : « Nous n’avons plus d’électricité depuis ce matin. Cela fait 15 ans qu’un tel évènement neigeux n’était pas arrivé ici !»

Mobiliser, coordonner et communiquer

Gendarmes

Si le département est préparé aux épisodes climatiques houleux, « le caractère exceptionnel de l’évènement est qu’il arrive en janvier, alors, la pluie devient de la neige lourde et abondante, qui en fondant  entraine un risque d’inondation », souligne le préfet. Le cumul des alertes de neige, verglas, inondation, crue, houle et précipitation, a rendu la situation plus complexe, mais les autorités suivent attentivement la météo et ont anticipé une mise en place progressive du dispositif de secours.

À Perpignan, le centre opérationnel départemental est activé à la préfecture depuis l’aube. Ce matin, des arrêtés ont été pris notamment concernant l’interdiction des transports scolaires et de la circulation des poids lourds, ce qui explique les 1800 camions stockés sur l’autoroute A9. La préfecture diffuse des conseils de comportement et de vigilance à la population, les maires de toutes les communes sont alertés et des salles sont mises à disposition si des évacuations sont nécessaires. « Notre rôle, rappelle le préfet, c’est de mobiliser les forces, de coordonner les secours, de prévoir le besoin de renfort, et de communiquer ».