COVID

Manifestations du 1er mai : dispositif de sécurité et de maintien de l’ordre

Manifestations du 1er mai : dispositif de sécurité et de maintien de l’ordre
30 avril 2019

Le ministre de l’Intérieur et le préfet de police de Paris ont tenu une conférence de presse pour détailler le dispositif de sécurité mis en place dans la capitale pour la journée de manifestations du 1er mai.


À l’occasion de la Fête du Travail, de nombreuses manifestations sont prévues partout en France. À Paris, plusieurs cortèges parcourront les rues dès le milieu de matinée :

  • une manifestation syndicale, qui s’élance de Montparnasse pour rejoindre la place d’Italie
  • une manifestation déclarée par les représentants du mouvement dit des « gilets jaunes », à contresens de la manifestation syndicale
  • une manifestation de la Place des Fêtes à Stalingrad
  • une manifestation le long de la Seine, de la Place de la Nation vers la Place de la République
  • une manifestation auprès de la statue de Jeanne d’Arc

Pour encadrer ces rassemblements, un important dispositif de sécurité a été déployé : 7 400 policiers et gendarmes sont mobilisés. La doctrine de maintien de l’ordre employée ces dernières semaines par les forces de la préfecture de police de Paris sera maintenue pour limiter les dégradations, interpeller les casseurs et protéger les manifestants. Après plusieurs réunions préparatoires avec les forces de secours et de sécurité, le ministre de l’Intérieur a rappelé ses consignes : « mobilité, réactivité, empêchement des violences et interpellation systématique des fauteurs de troubles ».

Christophe Castaner et Laurent Nuñez, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur se sont également entretenus avec les organisations syndicales qui ont partagé leurs préoccupations concernant les éventuelles violences en marge des manifestations. Ce travail de concertation a permis de fixer partout en France des parcours de cortèges avec des dispositifs de sécurité adaptés : « notre première responsabilité est de garantir le droit de manifester librement et de manifester en étant protégé » a précisé le ministre de l’Intérieur à l’occasion de la conférence de presse.

À Paris, plusieurs mesures ont été prises par le préfet de police pour assurer la sécurité des personnes et des biens :

  • interdiction de manifester sur les Champs-Elysées, dans un périmètre allant de l’Arc de Triomphe à la Place de la Concorde, comprenant également le secteur de l’Assemblée nationale et celui de Notre-Dame
  • interdiction de plusieurs manifestations, dont le parcours était trop à proximité du périmètre d’interdiction
  • fermeture de 584 commerces présents sur l’axe de la manifestation syndicale

Ces mesures sont associées à des contrôles préalables, à Paris mais également dans les gares ou aux abords des embarquements de car partout en France, afin de pouvoir interpeller les individus détenant des matériels incompatibles avec une déclaration pacifique de manifestation.

Ailleurs en France, où plusieurs rassemblements sont également prévus, plusieurs arrêtés de manifester ont été pris par les préfets, pour préserver les lieux les plus sensibles. C’est le cas de la place du Capitole à Toulouse ou encore du centre-ville de Rennes. Tous les services de l’Etat suivront ces manifestations avec la plus grande vigilance.