COVID

Les contrôles en mer en vogue à Marseille

Les contrôles en mer en vogue à Marseille
14 août 2020

Un coup de sifflet strident suivi d'une sommation : « Monsieur, arrêtez-vous, vous êtes en excès de vitesse ». En mer aussi, les policiers multiplient les contrôles de bateau de plaisance ou de jet-skis pour faire respecter les limitations de vitesse et les règles de bonne conduite.


Au cap Croisette, aux portes de Marseille, les règles de navigation sont rigoureuses, et les autorités sensibilisent à la sécurité les pratiquants de loisirs nautiques et les plaisanciers à la sécurité dans la bande des 300 mètres du littoral, celles où se concentrent tous les usages de la mer.
« Ces loisirs se sont beaucoup démocratisés et cette année de nombreux marseillais sont restés sur nos plages » explique le major Marc, le chef de la brigade maritime de la direction départementale de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône.

Controle en mer par la brigade nautique de Marseille

Si le pilote du bateau s'en sort avec un rappel vigoureux des règles, tous ne s’en tirent pas à bon compte. En effet, peu après, un jet-ski fonce vers la cité phocéenne à près de 20 nœuds, alors que plusieurs kayaks et nageurs profitent de la plage et de la limpidité des eaux. La vedette de la Police, dotée de deux moteurs de 330 chevaux a vite fait de rejoindre le contrevenant.
« Veuillez me présenter votre permis de conduire » tonne le gardien de la paix Moktar. Le vacancier obtempère et affirme qu'il ne connaît pas la limite de vitesse autorisée à 5 nœuds. Le conducteur n'est en outre pas capable de présenter la carte de circulation de son engin.

Surveillance en mer par la brigade nautique de marseille

Il y a quelques semaines, cette unité a participé au démantèlement d'un réseau de jeunes de quartiers qui exploitait des jet-skis sans autorisation. Par ailleurs, les loueurs avaient pris l'habitude de naviguer illégalement dans le Parc national des Calanques. Dans cet espace naturel préservé, les véhicules nautiques à moteur et les activités tractées sont interdites. Le pilote pris en faute sera convoqué au tribunal. « L'expérience montre qu'une bonne application des règles de sécurité aurait pu éviter la plupart des accidents mortels » remarque le chef d’équipage. A cela s'ajoute l'inexpérience, l'incapacité à manœuvrer et l'absence des matériels de sécurité (lampes, bout, extincteurs...).

Outre les contrôles de vitesse et des pièces administratives, la journée en mer des 3 policiers sera aussi ponctuée d'un contact avec leurs collègues affectés à la surveillance des plages et d'une assistance à une personne blessée. La brigade travaille en collaboration étroite avec la brigade nautique de la Gendarmerie et l'unité littorale des affaires maritimes mais notamment avec les autres services de l’unité de sécurité et prévention du littoral de la Police nationale dont la brigade VTT littoral et le centre de loisirs jeunes (CLJ).
Vanessa, une estivante, a loué un catamaran pour fêter ses trente ans avec des amies. Elle apprécie ces actions de sensibilisation : « Les policiers rencontrés à Sormiou nous ont rappelé l’obligation des gilets de sauvetage. Avec cette opération de prévention et les contrôles, on se sent plus en sécurité », estime-t-elle.