COVID

Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie

Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie
17 mai 2019

Le ministère est pleinement engagé pour lutter contre toutes les formes de discriminations.


Promouvoir la diversité et lutter contre les discriminations est un engagement au quotidien pour le ministère de l’Intérieur. A l’occasion de la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie ce 17 mai, une matinée d’échanges a été organisée sur le site Lumière à Paris. Deux tables rondes portaient sur l’accueil du public LGBT dans les différents services du ministère et sur la lutte contre l’homophobie. Un film relatant la vie professionnelle des personnels LGBT au sein des différentes entités du ministère a également été projeté.

En ouverture, Christophe Mirmand, secrétaire général du ministère de l’Intérieur, a prononcé un discours valorisant le travail en co-construction des directions centrales, des préfectures, des services de police et de gendarmerie ainsi que des organisations syndicales pour lutter efficacement contre les discriminations. Une démarche partagée qui a conduit le 4 juin 2018 à la signature du protocole d’accord relatif à la diversité et à la lutte contre toutes les formes de discrimination, signée par la ministre auprès du ministre de l’Intérieur Jacqueline Gourault et les organisations syndicales représentatives.

« La politique de diversité est en effet une démarche engagée de longue date par notre ministère, garant des valeurs républicaines et du « vivre ensemble », qui se doit d’être le reflet de la population française ». En 2018, le ministère a obtenu la labellisation « diversité » et « égalité professionnelle », traduisant un engagement de long terme, destiné à favoriser l’évolution des mentalités et des regards.

En 2018, les forces de police et de gendarmerie ont enregistré 1378 victimes d’infractions à caractère homophobe ou transphobe contre 1 026 en 2017, soit une augmentation de 34,3 %. Ces chiffres témoignent de la persistance de l’homophobie et de la transphobie dans la société. Ils témoignent aussi de la plus grande propension des victimes à porter plainte. La nomination de référents LGBT dans les commissariats de police (au nombre de 522) et les brigades de gendarmerie (au nombre de 175) permettra un meilleur accueil et une prise en charge améliorée des victimes.

Christophe Mirmand : « notre responsabilité pour faire reculer ce phénomène est collective et à ce titre l'exemplarité de notre ministère et des 280 000 agents qui le composent est fondamentale. Cette exemplarité doit guider chacune et chacun d'entre nous, dans sa pratique professionnelle. »

Pour en savoir plus sur les actions menées au quotidien par le ministère de l’Intérieur pour lutter contre toutes les formes de discrimination : https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Lutte-contre-l-homophobie-et-la-transphobie