COVID

Enquête nationale sur la qualité du lien entre la population et les forces de sécurité intérieure (EQP 19)

Enquête nationale sur la qualité du lien entre la population et les forces de sécurité intérieure (EQP 19)
7 juin 2020

En avril 2019, dans le cadre de la « Police de sécurité du quotidien », le ministère de l’Intérieur a noué un partenariat avec l’université Savoie Mont-Blanc afin d’engager un travail approfondi et dans la durée sur la qualité du lien entre la population et les forces de sécurité intérieure (FSI). C’est l’objet de l’enquête EQP 19 dont les résultats sont désormais disponibles.

EQP 19 est une enquête scientifique indépendante qui a été menée par une équipe composée de chercheurs de l’université Savoie-Mont-Blanc et du centre de recherche de l’Ecole nationale supérieure de la police.

Cette enquête a été conduite auprès de 48 134 personnes majeures de mai à décembre 2019 pour la phase de recherche et qualification des contacts et d’enquête, puis de janvier à avril 2020 pour l’exploitation des questionnaires. Sur les 48 134 personnes inscrites lors de la phase de recherche et de qualification des contacts, 12 822 ont répondu de manière effective à l’enquête.

Les principaux résultats de l’étude :

84,9 % des répondants déclarent avoir une image positive des forces de sécurité intérieure, et la note globale attribuée à ces forces est de 7,03/10.

Pour 80 % des personnes interrogées, les FSI ont un comportement professionnel lors de leurs interventions.

77,5 % des enquêtés estiment qu’elles contribuent à améliorer la vie quotidienne.

66,9 % les jugent proches des habitants.

Pour 63,4 % des personnes interrogées, la police répond aux attentes des habitants du quartier.

60,2 % ont estimé que la police intervient dans des délais raisonnables en cas de problème.

A la vue des FSI, 44 % des personnes ont déclaré éprouver un sentiment de tranquillité, 24,3 % de confiance, 12,2 % d’inquiétude, 11,1 % de méfiance.

S’agissant de la perception des interventions des FSI, 73,4 % les jugent efficaces, 68,7 % les jugent autoritaires, 67,3 % les jugent adaptées, 16,5 % les jugent injustes.

En ce qui concerne la perception de l’insécurité, 64,9 % des personnes interrogées jugent leur quartier sûr, et 65,5 % estiment que le climat de leur quartier est serein.

57,7 % des enquêtés jugent les effectifs des FSI dans leur quartier insuffisants.

Dans leur vie quotidienne, ils déclarent pouvoir compter sur les FSI en cas de problème (55,3 %) davantage que pour les informer (44,9 %) ou les conseiller (42,8 %).

Remarques sur la méthodologie :

1°) Pour réaliser l’enquête, les chercheurs se sont principalement appuyés sur les Délégués à la cohésion police-population, qui sont des policiers retraités, choisis pour leur expérience du terrain et leur aptitude au contact avec la population, et avec les jeunes en particulier. S’ils ont effectué les démarches de recherche et de qualification des contacts, ils n’ont pas interrogé le public sur le questionnaire afin de limiter les biais liés à une interaction directe entre policiers et enquêtés au moment de renseigner le questionnaire.

2°) Les habitants des « quartiers de reconquête républicaine » représentent 10 % du total des personnes enquêtées alors qu’ils ne représentent qu’environ 1,8 % de la population française, une sur-représentation souhaitée et assumée afin d’ausculter plus particulièrement la relation entre les FSI et la population des quartiers sensibles.

3°) Le champ géographique de l’enquête s’étend aux 307 circonscriptions de sécurité publique, aux 83 circonscriptions de sécurité de proximité de la préfecture de police (Paris et petite couronne) ainsi qu’aux quatre quartiers de reconquête républicaine situés en zone gendarmerie.

Suites qui seront données à l’étude :

Il est prévu de reconduire et d’approfondir cette première vague d’enquête en 2020 afin d’inscrire dans la durée ce travail pour mieux connaître et évaluer la qualité de la relation entre la population et les forces de sécurité intérieure.

L’intégralité de l’enquête EQP 19 est disponible sur le site du ministère de l’Intérieur .