COVID

Cyber-islamisme : le Gouvernement mobilisé en appelle à la responsabilité des réseaux et plateformes

 Cyber-islamisme : le Gouvernement mobilisé en appelle à la responsabilité des réseaux et plateformes
20 octobre 2020

Suite à l’attentat de Conflans et aux évènements qui y sont liés, le Président de la République, Emmanuel Macron, mobilise l’ensemble de son Gouvernement dans cette lutte contre le cyber-islamisme et particulièrement Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, et Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur.
 
Dans ce cadre, Marlène Schiappa a réuni les réseaux sociaux et plateformes, ce mardi 20 octobre 2020, à l’Hôtel de Beauvau afin d’en appeler à la responsabilité de ces opérateurs.
 
L’ensemble des services du ministère de l’Intérieur - forces de l’ordre, sont mobilisés, sur le terrain comme en ligne. Dans cette bataille, l’Etat s’est doté d’une force de signalement pour endiguer les haines sur le net. La plateforme PHAROS reçoit plus de 20.000 signalements par mois, et permet la transmission vers les services d’investigation lorsque cela s’avère justifié. Les policiers et gendarmes de la plateforme Pharos sont particulièrement engagés dans la période et traite plusieurs centaines de signalements liés à l’attentat. Depuis le début de l’année, ce sont plus de 3 000 contenus terroristes ont été retirés et plus de 1000 sites déréférencés grâce à l’action menée par Pharos et par tous les citoyens qui signalent les contenus choquants.
 
Internet n’est pas une zone de non-droit, l’apologie du terrorisme n’a pas sa place : l’Etat est là face à cet enjeu de sécurité nationale.
 
Une méthode agile de coopération a ainsi été proposée aux réseaux et plateformes afin de lutter efficacement contre les contenus haineux et d’apologie du terrorisme. D’ores et déjà, le Groupe de Contact Permanent se réunira en urgence dès la semaine prochaine pour une mobilisation et une réponse conjointe de l’Etat et des plateformes contre le cyber-islamisme.
 
« L’ennemi que nous avons en face de nous se contrefiche des règles, des règlements, et des conditions d’utilisation. Il est impensable qu’un enfant tombe sur une photo de décapitation, une vidéo d’appel à la haine et toute la propagande dont Daech nous abreuve depuis des années que nous combattons sans nous excuser. J’en appelle à la responsabilité de tous les acteurs pour protéger nos enfants. », déclare la ministre.
 
L’Etat prend ses responsabilités, nous en attendons de même de chaque réseau social, hébergeur, plateforme.

Présents à la réunion : Facebook-Instagram ; Twitter ; Google-Youtube ; Tik Tok ; Snapchat ; Wikipedia ; Le Pot Commun ; Pinterest